Catégories
Presse et médias

Le 7 n°472

La presse locale (86) était là.

Catégories
Textes officiels

Encore 50 postes de moins ?

Les opérateurs de l’Education Nationale sont financés par l’état dans un programme budgétaire “Soutien à la politique de l’Education Nationale”.

Dans le rapport préparatoire, ainsi que dans l’annexe à la lolf 2020 concernant les opérateurs, ce programme bénéficie en 2020 de 3233 postes, soit – 43 par rapport à 2019 (pour Réseau Canopé)

Lire

Mais dans la LOLF en elle-même, ce plafond descend à 3183…

À lire sur Légifrance

Cela signifie-t’il qu’on supprime 50 postes de plus ?

Catégories
Textes officiels

Un arrêté de restructuration ?

Arrêté du 10 décembre 2019 désignant les opérations de restructuration au sein des services déconcentrés et des établissements publics nationaux du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse ouvrant droit à la prime de restructuration de service et à l’allocation d’aide à la mobilité du conjoint, à l’indemnité de départ volontaire et au complément indemnitaire d’accompagnement

À lire sur Légifrance

Article 2 Il est mentionné que sont considérées comme opérations de restructuration :  (dernière ligne de la liste) : les évolutions en matière d’organisation des services affectant les établissements publics nationaux. Réseau Canopé fait partie de ces établissements publics nationaux…

Catégories
Textes officiels

Et pendant ce temps, on augmente les secrétaires généraux..

Décret n° 2019-1560 du 30 décembre 2019 modifiant le décret n° 2001-987 du 26 octobre 2001 instituant la nouvelle bonification indiciaire en faveur des personnels exerçant des fonctions de responsabilité supérieure dans les services centraux, les services déconcentrés des ministères chargés de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et l’établissement public Réseau Canopé relevant du ministère chargé de l’éducation nationale

À lire sur Légifrance

Catégories
Vidéos

Adieu, Fondamentaux

Catégories
Non classé

Mise en ligne de la pétition de soutien

Destinataire :
J.M. Blanquer – Ministre de l’éducation nationale et de la jeunesse

Qui sommes-nous ?  

Réseau Canopé (ex-CNDP) est un opérateur public sous tutelle du ministère de l’Éducation nationale. Il exerce une mission d’édition, de production, de développement et de mise à disposition de ressources et de services éducatifs à destination des enseignants, des communautés éducatives et universitaires, des écoles et des établissements d’enseignement scolaire.  

L’établissement emploie près de 1 400 salarié•e•s, fonctionnaires ou contractuel•le•s, travaillant sur plus de 100 sites répartis en métropole comme en outre-mer, avec son siège à Chasseneuil-du-Poitou. 

Que nous arrive-t-il ? 

Aujourd’hui, Réseau Canopé est menacé de démantèlement pour des raisons strictement budgétaires. 

En septembre 2019, les personnels de Réseau Canopé apprenaient de façon détournée que leur établissement était appelé à modifier en profondeur son orientation, voire son organisation, au prétexte de servir exclusivement la formation continue (voire initiale !) en ligne des enseignants. 

Engagés depuis sept ans dans une restructuration en profondeur du réseau, les personnels sont choqués par ce nouveau virage, qui remet en cause nombre d’orientations en cours pour leur en substituer de nouvelles, largement illisibles : sur quelles études se fondent-elles ? À quels besoins avérés sont-elles censées répondre ? Est-on absolument certain de leur bien-fondé ? Quel est leur modèle économique ? 

Comment s’étonner alors de la perte de sens ressentie par beaucoup dans leur travail quotidien et du sentiment partagé de la mise en danger de leur établissement ? Ils sont nombreux à voir leur confiance abusée, leurs compétences niées, leurs savoir-faire remis en cause et leur avenir fragilisé. 

Aucun modèle économique n’est à ce jour prévu pour faire face à la baisse de la subvention pour charges de service public annoncée (- 3,28 M€). Sur le seul budget 2020, la diminution du plafond d’emplois de 55 ETPT (emplois temps plein travaillé) impactera près de 150 agent•e•s, soit environ 10 % de la masse salariale. Alors même que la purge commence dès maintenant avec le non-renouvellement de personnels enseignants détachés et des personnels administratifs à qui l’on demande de participer au mouvement, l’établissement ne dispose d’aucune feuille de route pour les années à venir. 

Les personnels en appellent à une suspension immédiate des décisions en cours et à l’engagement d’une concertation rapide avec leurs représentants et les différents acteurs de l’Éducation sur les objectifs assignés à Réseau Canopé, ses missions, son fonctionnement, son financement, dans le respect de ses personnels et de son rôle d’opérateur au service de tous les enseignants. 

Qu’en disent nos institutions démocratiques ? 

Le Sénat, dans son rapport général n° 140 (2019-2020) de M. Gérard LONGUET, fait au nom de la commission des finances, déposé le 21 novembre 2019, a récemment interpellé le gouvernement en rappelant que :

« davantage qu’une réduction des moyens de Réseau Canopé, c’est une clarification de la stratégie numérique de l’État dans le secteur éducatif qui parait aujourd’hui nécessaire. Tout en appelant, au sein même du ministère et des services académiques, à une redéfinition des organisations et du partage des compétences, cette transformation ne justifie pas, a priori, de remettre en cause les moyens accordés au réseau Canopé. Au contraire, il semble préférable de renforcer cet opérateur pivot… ». 

Du côté de la Cour des comptes, le verdict était sévère en 2014. Mais suite à la refondation du CNDP en Réseau Canopé, la cour notait en 2019 que :

« le Réseau Canopé est devenu aujourd’hui un acteur clé du service numérique éducatif  ». 

Que demandons-nous ?

  • de véritables négociations et la participation des organisations syndicales et des représentant•e•s du personnel à l’écriture de la feuille de route sur les missions de Réseau Canopé ;  
  • le maintien des postes et des moyens financiers de Réseau Canopé pour assurer au mieux ces missions, dont celle de la formation continue des enseignants ;
  • le maintien de nos métiers, de leurs diversités et de leurs complémentarités, indispensables à cette organisation unique en réseau et proche du terrain que nous servons ;
  • la reconnaissance de la situation de restructuration de l’établissement conformément au  projet d’arrêté présenté au CTMEN du 3 octobre, ouvrant droit à un éventail de dispositions d’accompagnement des personnels impactés.

Luttons ensemble ! Soutenez-nous !