Catégories
Presse et médias

Réseau Canopé en 1ère ligne de la continuité pédagogique

Article d’Olivier PIROT, journaliste de la Nouvelle République, publié le 27/03/2020.

Chaque jour, le réseau Canopé entre dans le quotidien de millions de familles en France. Dans le cadre de la politique de continuité pédagogique engagée lors de cette crise sanitaire du coronavirus, il fournit en effet de nombreuses heures de programmes aux chaînes de l’audiovisuel public et à de nombreuses chaînes locales.

Au cœur de la Maison Lumni

« Nous avons livré un volume de 280 vidéos au total, dont 70 pour La Maison Lumni, 60 pour LCP/Public Sénat et 150 pour ViaTélé(le réseau de télévisions locales). Et nous avons encore reçu une soixantaine de demandes aujourd’hui », explique Marie-Caroline Missir, directrice générale du réseau Canopé qui dépend du ministère de l’Éducation nationale.

La Maison Lumni, par exemple, est un magazine quotidien éducatif qui est diffusé depuis lundi 23 mars sur France 2, France 4 et France 5 en fin de matinée, pour accompagner les révisions des élèves de 8 à 12 ans. LCP/Public Sénat diffuse des documentaires historiques. « Canopé a cette expertise à Chasseneuil-du-Poitou (près de Poitiers, dans la Vienne) et des centaines d’heures de vidéo » pédagogiques produites en interne ou coproduites avec des boîtes de production. Certaines élaborées lors de la dernière pandémie de grippe H1N1 ont même pu être réutilisées.

« L’enjeu est double. Il faut, dans un premier temps, fournir des productions éducatives de qualité pour le plus grand nombre » selon les tranches horaires mais aussi aller au-delà des écarts d’équipement des foyers ou des niveaux d’aisance avec les outils numériques. « Et la télévision est le canal le plus à même pour rentrer dans tous les foyers et diffuser au sein de toutes les familles. » Les retours quantifiables sont là : le programme star de Canopé, Fondamentaux, enregistre plus de 300.000 connexions par jour et plus de 1,5 million de pages sont quotidiennement ouvertes sur Quizinière.com « pour créer des activités numériques interactives ».

Appuyer la communauté éducative

Si Canopé est méconnu des familles, le réseau ne l’est pas de la communauté éducative puisqu’il édite depuis de nombreuses années des contenus et des ressources pédagogiques à leur adresse. Et il a fallu aussi se mobiliser pour accompagner les équipes enseignantes. « J’ai tout de suite demandé aux réseaux (ils sont une centaine en France) de se rapprocher des recteurs d’académies pour pouvoir fournir des ressources et venir en appui du plan qui a été mis en place très vite », précise Marie-Caroline Missir.

Durant la première semaine de confinement, le réseau Canopé a ainsi mis en ligne un mini-site baptisé CanoTech qui « recense toutes les ressources utiles aux professeurs. Parallèlement, nous avons eu une vigilance très particulière et cherché à garder un contact étroit avec les enseignants. Nous avons la chance à Canopé d’avoir des experts en médiation numérique. Nous avons ainsi formé 200 référents de continuité pédagogique sur tout le territoire. »

Pour essayer de contrer la fracture numérique mais aussi aider les enseignants moins à l’aise avec les outils numériques, le réseau Canopé a aussi mis en place ces dernières semaines, « partout sur le territoire », des tutoriels pour utiliser au mieux les ressources dans le cadre de ces cours à distance, des wébinaires et bientôt un podcast – « tranches de vie des profs » – où des enseignants partageront expériences et bonnes pratiques. Et une deuxième version du mini-site CanoTech doit être mise en ligne la semaine prochaine.


Olivier PIROT
Catégories
Presse et médias Soutiens

Lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale

Un article paru dans les Cahiers pédagogiques reprend ce texte écrit par les auteurs d’un livre dont la publication a été annulée suite à la décision de “recentrage” des activités de Réseau Canopé.

« La suppression de Canopé est la concrétisation de la méfiance et de l’arbitraire »

Mireille Cifali, Catherine Gueguen, Pierre Merle, Jean-Louis Le Run, Stéphane Sanchez

Catégories
Presse et médias

Le réseau Canopé : Outil pédagogique de qualité

Le magazine syndical du SNES consacre une page entière à Réseau Canopé.

Catégories
Presse et médias

Réseau Canopé à Angoulême pour la venue d’E. Macron

Nous collègues étaient bien visibles à l’Hôtel de ville. La photo a été prise par A. Leny pour le quotidien La Charente libre qui rend compte de la visite du Président de la République.

À lire en ligne

Catégories
Presse et médias

Écoutez le travail des Ateliers Canopé expliqué sur radio PFM

Émission produite par Radio PFM, avec des personnels de l’Atelier Canopé d’Arras.

Les multiples missions des Ateliers Canopé ne sont pas forcément connues du grand public. L’initiative de Radio PFM et des personnels de Réseau Canopé à Arras est donc la bienvenue ! En 14 min, vous découvrirez le large panel de nos interventions, et les nombreux partenariats noués avec les territoires.

Catégories
Presse et médias Soutiens

Manche – Cinq parlementaires défendent le Réseau Canopé

Par un courrier commun, cinq parlementaires de la Manche ont alerté le ministre de l’Éducation nationale sur ce qu’ils voient comme « le démantèlement programmé du réseau ».

Soutien pédagogique des équipes enseignantes, le réseau Canopé, dispose dans la Manche, d’un atelier à Saint-Lô et de deux antennes à Avranches et Cherbourg. Amputé d’une partie de son budget au niveau national, Canopé et ses 1 400 salariés ne savent pas de quoi l’avenir sera fait. Disparition ? Changement de missions ?

Par un courrier commun, cinq parlementaires de la Manche ont alerté le ministre de l’Éducation nationale sur ce qu’ils voient comme « le démantèlement programmé du réseau ».

Pour Philippe Gosselin (LR), Philippe Bas (LR), Jean Bizet (LR), Sonia Krimi (LREM) et Jean-Michel Houllegatte (PS), « l’atelier Canopé est un outil formidable au service de la communauté éducative, des centres de loisirs, des espaces parents et de tous les acteurs de l’éducation. »

S’inquiétant que Canopé disparaisse « sur l’autel de restrictions budgétaires et ainsi sacrifier les ressources pédagogiques », ils invitent le ministre « à revoir cette décision et ainsi prendre en considération l’importance de ce réseau pour les départements ruraux ».

Article publié le 27/01/2020 dans l’édition en ligne de Ouest France
Catégories
Presse et médias

France Bleu Berry

Dans cet atelier niché entre l’IUFM et l’école primaire d’aplication Arago à Châteauroux, il y a des livres, des robots d’apprentissage, de quoi faire de la radio ou encore une salle dédiée aux animations. 

France Bleu Indre (26/01/2020)

 L’endroit fourmille de ressources pédagogiques à disposition des enseignants d’environ 250 établissements scolaires, de la maternelle au lycée. L’équipement est moderne, récemment renouvelé. Mais ce qui domine, c’est la crainte que les structures départementales soient rattachées aux rectorats, comme le prévoit le ministre de l’Education nationale pour chacun des ateliers. Pour les salariés, c’est une plongée dans l’inconnu. “On a une certaine autonomie budgétaire pour fonctionner, on a des subventions du conseil départemental“, explique Denis Chatiron, enseignant-médiateur. “Donc cette nouvelle affectation fait que, sans entité, on ne peut plus continuer à travailler de cette manière-là et ça nous inquiète énormément sur l’avenir du lieu et des actions qu’on mène.”

[…]

À lire en ligne

Catégories
Presse et médias

Les collectivités enfin informées ?

Article paru ce 21 janvier 2020, dans Localtis, Media en ligne de la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts), par Jean Damien Lesay.

Des craintes pour l’avenir du réseau Canopé

Alors qu’une profonde réorganisation du Réseau Canopé est à l’œuvre, élus locaux et nationaux s’inquiètent pour son avenir. Pour les collectivités, ce service public de documentation pédagogique est en effet d’une précieuse aide dans de nombreux secteurs, à commencer par celui des contenus éducatifs numériques.

Le Réseau Canopé est en danger. Le 18 décembre 2020, le conseil d’administration du réseau de création et d’accompagnement pédagogiques pour les enseignants (ex-CNDP/CRDP/CDDP), établissement public administratif placé sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, informait les représentants du personnel de sa restructuration à l’horizon 2021, avec à la clé un redéploiement de ses 101 implantations locales sous la responsabilité des recteurs d’académie. Dans la foulée, son directeur général démissionnait et un avis de vacance d’emploi publié le 11 janvier dernier précisait que son remplaçant devrait “accompagner la transformation de l’établissement“. 

Cette transformation s’est déjà concrétisée dans le projet de loi de finances pour 2020, qui prévoit pour le Réseau Canopé une baisse de crédits de 3,28 millions d’euros qui se matérialisera par une réduction de 56 ETPT (équivalent temps plein travaillé). S’il n’est pas appelé à disparaître, sa profonde réorganisation devrait l’amener à recentrer ses missions sur la formation continue en ligne des enseignants. Dans son rapport sur le PLF 2020 fait au nom de la commission des finances du Sénat, Gérard Longuet notait pourtant : “Davantage qu’une réduction des moyens du réseau Canopé […], il semble préférable de renforcer cet opérateur pivot.

Un outil au service des collectivités

Car “pivot“, le Réseau Canopé l’est véritablement à travers une production qui irrigue toutes les communautés éducatives. Pour les collectivités territoriales, le réseau Canopé est un appui à l’heure où les politiques de déploiement du numérique à l’école posent question. Si la Cour des comptes, dans un rapport de juillet 2019, fustigeait le numérique scolaire en le qualifiant de “concept sans stratégie“, elle notait que Canopé “offre aux collectivités un service d’accompagnement pédagogique pour le déploiement de leurs plans numériques dans les établissements, sans doute bien utile pour améliorer l’impact de ces plans en termes d’usages“, et que “cette offre de services contribue sans doute à assurer la compatibilité des plans numériques locaux avec la vision pédagogique du ministère“.

Mais le soutien du réseau Canopé aux collectivités locales ne se limite pas à la production de contenus numériques. Ici, il accompagne une commune en participant au recrutement et à la formation de tuteurs pour les élèves en difficulté. Là, il appuie un département pour organiser un concours à caractère scientifique à destination de collèges. Ailleurs encore, il participe à l’élaboration, aux côtés d’une région, du projet “Lycées du futur” grâce à ses techniques de créativité participative.

Syndicats de l’Éducation nationale mais également élus locaux se mobilisent pour sauver le Réseau Canopé dans son organisation actuelle. Mardi 21 janvier, le ministre de l’Éducation était interpellé par une question écrite de Sylvie Tolmont, députée de la Sarthe. C’est peu de dire que sa réponse est très attendue.

Catégories
Presse et médias

Le Réseau Canopé, en lutte, refuse de se faire éparpiller façon puzzle

Article de Sébastien Bergès paru dans la Voix du Nord, en date du 20/01/2020.

Moins de moyens, moins de personnels, et une organisation complètement refondue. Promis à de lourds changements, les personnels du Réseau CANOPE, le centre de ressources pédagogiques de l’Éducation nationale, dénoncent un « démantèlement » qui ne dit pas son nom.

En temps normal, il est facile de passer à côté du Réseau Canopé. Parce que l’établissement public est peu connu en dehors de l’Éducation nationale. Depuis 2015, il est pourtant un acteur clé de la production et de la diffusion de ressources pédagogiques, à usage des enseignants et de toute la communauté éducative. Avec une attention particulière au numérique. À la fois médiathèque, centre de formation, éditeur, créateur ou partenaires d’événements, le réseau est présent dans toute la France à travers ses implantations départementales, les Ateliers. Celui du Nord est situé…

Catégories
Presse et médias

Manche : une restructuration de Réseau Canopé dans le flou

Article paru dans Ouest France, édition Normandie – Manche, en date du 21/01/2020.

À la mi-décembre 2019, le Ministère de l’Éducation Nationale annonçait une restructuration des réseaux Canopé à l’horizon 2021. Dans la Manche, un atelier et deux sites sont concernés.

Bien souvent méconnus du grand public, les ateliers Canopé (réseau d’accompagnement pédagogique pour les enseignants sous tutelle du ministère de l’Éducation Nationale) représentent un outil de travail indispensable pour les professeurs et enseignants.

Ces derniers se sont récemment vus notifier une restructuration, d’ici 2021, de l’ensemble des réseaux, avec une perte de 3,28 millions d’euros pour le budget 2020. Or, cette annonce n’a pas été suivie de plus de détails, laissant près de 1500 salariés dans le flou.

« Restructurer Canopé, c’est le risque de perdre un outil pédagogique »

À l’échelle du territoire, la Manche compte un atelier à Saint-Lô et deux sites à Avranches et Cherbourg. Localement, cette restructuration inquiète car celle-ci est basée sur des raisons budgétaires qui, selon les syndicats, ne sont pas effectives. « Après un rapport de la Cour des comptes de 2014, qui épinglait la trésorerie du réseau Canopé, de nombreux efforts ont été faits. Dans la Manche, le personnel a vécu cinq ans de restructuration et va revivre une situation similaire, si ce n’est pire », insiste Erwan Saladin, membre du bureau Snuipp-FSU.

Le syndicaliste déplore une transmission de compétences au rectorat et de nouvelles missions pour Canopé, qui bouleverse les rapports avec le milieu éducatif. « Localement, Canopé représente des ateliers d’échanges très pointus avec du personnel très bien renseigné sur la vie culturelle. Le restructurer, c’est risquer de perdre un outil pédagogique primordial. »

Encore dans l’inconnu concernant les suites de cette restructuration, les employés des réseaux Canopé de la Manche attendent la suite des événements et des nouvelles directives quant à la tenue de ce démantèlement.

Ouest-France, Lilian POUYAUD.